Stéphane De Groodt : ministre belge de la Culture, Sarko, DSK…

« Humeur verte » sur Fréquence Terre : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff.

41C+V-n5RNL__.jpgStéphane De Groodt est comédien, réalisateur et chroniqueur (RTL, Canal+, France Inter…) dont l’humour est comparé à celui de Raymond Devos, de Pierre Desproges ou de Pierre Repp. « Voyages en absurdie » publié chez Plon, reprend cinquante de ses chroniques dites déjantées et décapantes. Sur près de deux cents pages, il y a donc du Berlusconi, du Chirac, du Delon, du Johnny Hallyday, du Hollande et du Sarkozy, sans oublier les Le Pen, père et fille, etc.

Voici quatre courts extraits de cet ouvrage :

« Je reçois un coup de fil du ministre belge de la Culture. J’avais oublié qu’on avait des ministres et encore plus au rayon Culture… »

« Je me suis rendu au sommet de l’État, faubourg Saint-Honoré : saint patron des boulangers. Après faut pas s’étonner que Sarko soit dans le pétrin… »

« François Hollande fond en larmes et, tout en prenant un Tranxène, il m’explique combien il est confiant en l’avenir de la France. »

Et, concernant Dominique Strauss-Kahn, cette constatation : « Comme quoi on peut avoir de la suite dans les idées, faute d’avoir de bonnes idées dans les suites… »

Publicités

Cavanna : une écriture « militante » vient de nous quitter…

cavanna_05_0.jpgIl était, avec toute la bande de « Charlie Hebdo », lors de la « Marche internationale pour la démilitarisation » que j’ai effectuée (avec des proches) entre Metz et Verdun à l’été 1976. Souvenir ému : une double haie d’Anciens Combattants appuyant notre action en clamant : « Plus jamais la guerre ! » Hélas…
Cavanna : une écriture « militante » doublée d’une grande sensibilité.

Mon témoignage à « Franc-Maçonnerie Magazine » : Presse et franc-maçonnerie en Belgique

 

34.jpgLes francs-maçons belges (quelque 22 000 membres, selon des estimations) sont reconnus pour leur extrême discrétion quant à leur appartenance à une Loge. Pas ou très peu d’extériorisation comme aux USA ou en France, par exemple.

Alors que le GODF effectue de multiples interventions publiques (via, entre autres, la publication de communiqués qui s’apparentent à de véritables prises de position) sur maints sujets sociétaux, politiques, éthiques…, les Obédiences belges sont quasiment absentes à ce niveau-là.

Néanmoins, depuis trois, quatre ou cinq ans, je constate un « frémissement » dans la presse belge qui répercute davantage quelques événements et autres considérations maçonniques. Ainsi, un grand débat entre l’archevêque de Belgique et le grand maître du GO qui s’était tenu à la Foire du Livre de Bruxelles fut retransmis par Télé Bruxelles ; la naissance d’un Salon du Livre maçonnique dans la capitale de l’Europe, l’inauguration de nouveaux locaux du Musée de la Franc-Maçonnerie, des cours et séminaires sur l’« Histoire de la franc-maçonnerie » à l’Université Libre de Bruxelles… ont été annoncés par la presse écrite sans commentaires désobligeants, comme cela peut l’être dans d’autres pays ; le très catholique quotidien « La Libre Belgique » ouvre même régulièrement ses colonnes, de manière constructive – ou, du moins, de manière réfléchie – , à différentes questions maçonniques ; il est souvent fait référence au blog « hiram.be » lors de reportages ou interviews… ; la présentation de la « Vénérable société initiatique » fait aussi l’objet de documentaires « sérieux » (Télé Mons-Borinage, par exemple)…

Moi-même, j’ai participé à plusieurs de ces émissions, et, mieux, j’ai pu « chroniquer », tant à la radio qu’en télévision (RTBF, parfois relayée à travers le monde par TV5 Monde) sur « Bruxelles, capitale architecturale franc-maçonne », sur « Le secret maçonnique », sur un « Monument maçonnique » dans un cimetière du Brabant wallon…, sans le moindre souci. Que du contraire ! L’audimat fut excellent et les commentaires fort encourageants.

Bien sûr, la vigilance reste de mise, car il y a les traditionnels « marronniers » aux moments creux pour des magazines, c’est-à-dire les vacances, voire les supposées divulgations de listes de francs-maçons belges « célèbres » (politiques, magistrats, syndicalistes, médecins, journalistes…), avec généralement des informations fantaisistes ou peu crédibles,  mais ces faits publiés sur Wikipedia, dans des blogs et des sites relevant très souvent de milieux sectaires ou ultraconservateurs, restent anecdotiques et le soufflé retombe bien vite. Ainsi, le fait que le Premier ministre actuel Elio Di Rupo (PS), soit déclaré franc-maçon, n’a pas soulevé le moindre problème à ma connaissance.

En vérité, selon ma perception et mon expérience en ce domaine, je crois que le Belge est assez indifférent face à cette question de l’appartenance à une Loge.

 

30 (2).jpgPierre Guelff, auteur de « Sur les pas des francs-maçons » et « le Petit livre de la sagesse et de l’esprit maçonniques » (Éditions Jourdan), journaliste et chroniqueur radio-tv.

 

« Une victoire pour Dutroux » (« Le Soir » de ce 28 janvier 2014)

49.jpgVoici le communiqué de l’Agence Belga, puis, en-dessous mon commentaire suite à mon contact, hier, avec Me Deutsch, l’avocat de Dutroux :

« Le tribunal de l’application des peines (TAP) de Bruxelles a décidé lundi de poser une question préjudicielle à la Cour constitutionnelle, dans le cadre de la demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux. L’avocat de ce dernier, Me Pierre Deutsch, conteste l’augmentation du nombre de magistrats statuant pour certaines catégories de condamnés. «Il s’agit d’un camouflet cinglant à l’égard du législateur», a-t-il déjà commenté. La Cour constitutionnelle devrait rendre sa décision à la fin de l’année. Lors de la précédente audience, le 13 janvier dernier, Me Pierre Deutsch avait invité le tribunal à poser deux questions préjudicielles à la Cour constitutionnelle. L’avocat conteste l’application de la loi du 17 mars 2013 élargissant de 3 à 5 le nombre de magistrats statuant, à l’unanimité désormais, sur les dossiers des condamnés à 30 ans de prison ou plus. L’avocat avait également souligné que cette loi relevait le seuil d’admissibilité à la libération conditionnelle pour la même catégorie de détenus. »

Mon commentaire : 

Dutroux ne bénéficierait pas du même traitement que d’autres condamnés et cela la Justice ne pourra jamais l’admettre, d’où la notion de discrimination. Les politiques auraient été plus inspirés d’agir il y a une décennie (ils ne l’ont pas fait malgré les mises en garde de magistrats, de journalistes…), car, maintenant, la défense de Dutroux prétend que des lois sont faites « sur mesures » pour l’empêcher d’éventuellement bénéficier de la libération conditionnelle, par exemple. C’est très compliqué, mais la vigilance s’impose !

Affaire Dutroux : « Un camouflet cinglant aux politiques… »

 DSCF0501.JPGIl y a de moins en moins de journalistes « chevronnés » pour couvrir une information aussi pointue et sensible… Le père (photo) d’Eefje, lui, était à nouveau présent au tribunal (TAP) : il ne lâche pas Dutroux d’un pouce ! C’est vrai que la vigilance s’impose dans la procédure alambiquée de mise en liberté provisoire de Dutroux. Selon son avocat, Me Deutsch (photo), le jugement de ce lundi a été « remarquable » et, je le cite encore, est « un camouflet cinglant à l’égard du législateur » car il serait question de « discrimination » à l’encontre de Dutroux.
DSCF0503.JPGLa Cour constitutionnelle donnera son avis à la fin 2014. Précision supplémentaire : les autres détenus en veulent de plus en plus à Dutroux vu l’augmentation de la « dureté » de la loi en matière de libération conditionnelle, d’où isolement complet et protection renforcée.
 
 
46.jpgPour mes amis Français : mon ouvrage « Dutroux, l’affaire, les pistes, les erreurs » (Éditions Jourdan) est à présent en vente dans tout l’Hexagone.Afficher la suite

La Recluse du Destel de Martine Alix Coppier (Presses de la Cité) : superbe !

 

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 

9782258108394.gifIl y a peu de temps, j’ai découvert dans une église ardennaise un reclusoir, là, où il y a quelques siècles, vivait, ou plutôt, survivait, Mathilde de Monzon. En lisant le roman de Martine Alix Coppier, « La Recluse du Destel » paru aux Presses de la Cité, il s’agit aussi d’une histoire vraie se déroulant au XVIIIe siècle, celle de Marie, qui aurait pu entrer dans un couvent, mais qui avait choisi, comme Marie Madeleine à la Sainte-Baume, de vivre en ermite dans une grotte pour expier. Expier quoi ? Telle est bien la trame de ce superbe livre qui s’apparente à un véritable ouvrage historique bouleversant, poignant, voire surprenant.

 

Qu’est-ce qui poussa cette belle jeune femme de se nourrir de racines et d’herbes sauvages, de pissenlits et de champignons, de ne parler qu’à sa chèvre Cabrette, d’être vêtue de guenilles au point d’avoir un aspect trop repoussant pour qu’elle ne soit agressée dans son antre, alors qu’auparavant, elle lisait Marivaux, jouait aux échecs et paradait dans les rues de La Ciotat ?

 

Oui, quelle faute, quel événement, quel drame, voulait-elle expier ?

 

Seule la mort la délivrerait, disait-on, mais il n’était pas certain non plus que cette Marie-là soit accueillie au paradis…

 

La même chronique en audio sur Fréquence Terre : http://www.frequenceterre.com/2014/01/26/la-recluse-du-destel-de-martine-alix-coppier-presses-de-la-cite/

 

Un auteur heureux !

logo (2).jpgHeu-reux ! Vu le succès de la série « Crimes-Assises« , outre la sortie à l’été prochain de « Témoignages bouleversants« , mon éditeur (Éditions Jourdan) vient de me commander trois autres ouvrages (« Enquêtes extraordinaires« , « Grands mystères judiciaires« , « Alcool et cocaïne qui tuent« ) pour 2014-2015, ET, un autre livre (au moins un an d’écriture) dont le thème remplirait de bonheur tous les auteurs !