Et si on envoyait aussi certains « décideurs » dans l’espace ?

 

Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff sur « Fréquence Terre ».

 

 

220px-Logo_monsanto_svg.pngL’Agence France Presse nous apprend qu’un mystère entoure la floraison d’un cerisier japonais, au point de laisser perplexes les scientifiques. Il est question d’un jeune arbre de quatre ans qui a fleuri au tout début du mois d’avril, soit six années plus tôt que la moyenne de ses semblables.

 

Particularité : le noyau de cet arbre avait été envoyé parmi d’autres jusqu’à la station spatiale internationale en novembre 2008, puis ramené sur notre bonne vieille terre et y être planté.

 

À la lecture de cette dépêche, je me suis demandé si en lançant dans l’espace un échantillon de sang de quelques décideurs politiques, industriels, scientifiques et autres dirigeants de Monsanto, par exemple, puis, en le leur transfusant au retour, un miracle d’intelligence sous la forme d’une prise de conscience écologique ne serait pas envisageable.

 

Différence entre « Revues de Presse » française et belge ?

 

logo France Inter.pngCommentaire après la « Revue de Presse » sur « France Inter » : « Jour après jour, dans l’Hexagone, ils ont la culture de la critique du monde politique. » Débat intéressant ce samedi matin : « Pourquoi ça marcherait mieux pour Manuel Valls que pour Jean-Marc Ayrault, alors que c’est la même politique ? »

Et, en Belgique ?

 

logo_france2.pngCommentaire : « Cela paraît plutôt consensuel… »… ce qui rejoignait certains avis après l’interview de Marine Lepen (FN) par David Pujadas (« France 2 »), selon le site du « Nouvel Observateur » : « Marine Le Pen à « Des Paroles et Des Actes » : Pujadas a fait une émission sur-mesure pour le FN »

 

Bref, nul n’est prophète en son pays…

 

Dominique Baudis est mort…

Je venais de lire l’un de ses ouvrages et j’en avais fait la chronique, que voici :

 

La Conjuration de Dominique Baudis (Le Livre de Poche)

 

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff sur Fréquence Terre.

 

1044602_10309687.jpgRemarquable ! « La Conjuration » de Dominique Baudis, roman publié en « Livre de Poche« , est une fresque moyenâgeuse racontée de manière remarquable.

Faits historiques, amour, haine, Templiers, Assassins, Sarrasins, monarques et lépreux, se chevauchent, c’est le cas de le dire, en terre sainte, plus particulièrement au royaume de Jérusalem, là où « chaque peuple a pensé qu’il serait à jamais le maître » : Phéniciens, Égyptiens, Romains, Perses, Grecs, Arabes, Turcs…

« Ils ont été balayés l’un après l’autre par une tempête sur l’océan des siècles. »

Il en sera de même pour les Francs, quand bien même certains, parmi ceux-ci, ont cru qu’ils s’entendraient un jour avec ceux qui y vivent depuis longtemps…

Et, aujourd’hui, cette situation déchire encore les trois religions du Livre.

Médicaments dangereux et lobbies pharmaceutiques

 

Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff, sur Fréquence Terre.

 

 

 

logo copie.jpgLe magazine « Agenda Plus », dont la devise est « Bien avec soi, mieux avec le monde », frappe fort dans son numéro d’avril : « Médicaments dangereux : comment mieux les écouler… »

 

Il apparaît que des firmes pharmaceutiques déploient quelques techniques pour écouler, à tout prix, c’est le cas de le dire, leurs stocks de produits dangereux et augmenter leurs bénéfices sur le dos des malades.

 

À savoir : créer de fausses revues spécialisées, intimider et discréditer des scientifiques critiques, fonder de fausses associations citoyennes ou infiltrer celles qui existent (« Doctissimo », par exemple), épuiser les ressources limitées des plaignants par des procès interminables, ne fournir que des données favorables en vue d’obtenir l’        autorisation de mise sur le marché, débaucher et corrompre des médecins pour effectuer des études bidon, scinder un effet indésirable grave en plusieurs effets secondaires mineurs, ne pas fournir de références au nom du secret commercial, matraquer la population par un marketing publicitaire omniprésent, couper les vivres et les subsides des chercheurs, médecins, scientifiques qui ne « jouent pas le jeu »…

 

À mon avis, il y a du procès dans l’air et encore de nombreux patients traités comme des cochons de payants !

 

Jean-François Kahn « assassine » des politiques dans « Le Soir »

 

280px-Ls_svg copie.jpgDans sa chronique au quotidien belge « Le Soir », Jean-François Kahn, journaliste et essayiste, se déchaîne au sujet de politiques : « Celui-ci on voit à travers. Celui-là ferait passer Johnny Hallyday pour un intellectuel. »

Des noms ? En voici…

 

« Harlem Désir, premier secrétaire du PS, néant sympathique… »

 

« Jean-François Coppé, secrétaire général de l’UMP, arriviste et cynique… »

 

« Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, est bête comme ses pieds… »

 

Superbe hommage à Jean Anglade, maître du roman de Terroir.

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

9782258080270.png« Les Presses de la Cité » viennent de rééditer un classique de Jean Anglade : « Le Tilleul du soir ». En janvier 2011, dans cette même rubrique, j’avais déjà présenté ce magnifique livre et je n’hésite pas à y revenir trois ans plus tard tant il m’avait marqué :

« À la fois émouvant et tragi-comique, « Le Tilleul du soir » de Jean Anglade est un petit bijou d’observation de l’être humain en ce qu’il a de bon, de moins bon et, parfois, de franchement détestable. Mathilde, une paysanne âgée d’un village auvergnat abandonné, décide de rejoindre le « Doux Repos », une maison de repos d’Entraygues, une cité fort accueillante à l’encontre des centaines de pensionnaires. Elle y fait son nid parmi des gens encore valides et qui n’hésitent pas à aller boire des canons au bistrot, puis il y a ceux qui deviennent invalides, qui perdent un peu la notion de la réalité. Mais, tous, ou presque tous, se résignent à ne plus recevoir de visites de leurs proches ou font croire à la très prochaine arrivée d’un fils, d’une nièce ou d’un petit-fils.

Au-delà du spectre de la mort qui hante maints pensionnaires, il y a un humour acerbe qui plane parfois au « Doux Repos ». Cet ouvrage est probablement l’un des plus profonds de Jean Anglade, quand on y lit sous sa plume : « Mon petit-fils ? Oh ! si qu’il vient ! Il est venu à Pâques. Et s’il ne vient pas plus souvent, c’est qu’il est trop petit : il ne peut pas prendre le chemin tout seul. Il viendra davantage quand il sera plus vieux… Il me sortira… Je lui donnerai le bras… On fera le tour du patelin… »

Il n’y a pas une virgule à modifier à ce livre écrit en 1975, alors que Jean Anglade est à la veille de célébrer son centenaire ! Bel hommage, donc, que « Les Presses de la Cité » rendent à cet écrivain de terroir exceptionnel.

Absolument à voir dans votre vie !

 

32.jpg33.jpgIl y a l’incontournable « Des Racines et des Ailes » (France 3) qui passionne les amoureux de terroir. Puis, voici la série de documentaires intitulée « Les 100 lieux qu’il faut voir », le samedi vers 18 heures sur France 5. Ces émissions d’une cinquantaine de minutes chacune, nous montrent la France que 2,5 millions de Belges choisissent annuellement pour leurs vacances ou séjours touristiques.

 

Une France composée de dizaines de milliers d’édifices sacrés, de châteaux, de villages pittoresques, de cités prestigieuses, de lieux historiques teintés de légendes, de Culture, de Nature, de gastronomie…

 

« Une clairière, un hameau, un chemin… qu’il faut absolument voir dans votre vie ! » selon la présentatrice du premier numéro qui était consacré à la splendide Baie de Somme.

 

                         

 

Je profite de l’occasion pour rappeler l’existence de mes deux ouvrages « France Mystérieuse, Insolite et Sacrée » : le premier tome « Des Hommes, des Sociétés Secrètes et Initiatiques » et le deuxième tome « Lieux de légendes et d’histoires » parus aux Éditions Jourdan. Ils sont encore disponibles sur Amazon : http://www.amazon.fr/Pierre-Guelff/e/B004AN021U

 

Génocide au Rwanda avec la bénédiction de l’Église…

 

l_GrandProces_59873.jpgMon récit du procès de quatre génocidaires rwandais aux assises de Bruxelles, est repris dans « Les plus grands procès » paru aux Éditions Jourdan et a été archivé à la « Médiathèque des Territoires de la

Mémoire ».

 

Ce procès historique hors normes a mis en lumière le fait que des assassins déambulaient tranquillement dans les rues de Bruxelles, de Liège, de Namur et d’Anvers, que des adolescents avaient été transformés en tueurs par des adultes sanguinaires, parfois avec la bénédiction de l’Église catholique…

 

 

 

La gueule de l’un et de l’autre…

 

DSCF0791.JPGJe suis totalement d’accord avec Claude Lelouch lorsqu’il déclare (au « MAD ») : « La souffrance est la meilleure école du monde, c’est la seule université qui vous donne un diplôme qui a de la valeur. »

Je partage, aussi, d’autres de ses pensées : « À partir d’un certain âge, on a l’impression de faire les choses pour la dernière fois. (…) C’est très important de réussir les dernières choses qu’on fait car c’est là-dessus qu’on va vous juger. (…) Il ne faut pas avoir peur des emmerdes. Car c’est le jogging du bonheur, la préparation aux succès et au pays des merveilles. »

 

Concernant la « gueule » de Johnny Hallyday (dans le film « Salaud, on t’aime »),Claude Lelouch trouve qu’à partir de 60 ans, notre vie est écrite sur elle. « C’est l’intérêt et l’inconvénient. C’est un livre ouvert extraordinaire… Je savais que Johnny avait exactement la gueule du baroudeur que je cherchais. »

 

 Photo : la gueule de Johnny et la mienne en 1982…