Aux côtés de Luc Ferry…

12079109_1572404446417072_817829088814247232_n.jpgC’est vrai que ce n’est ni du polar ni de la fiction, mais mon ouvrage « Les + grands procès d’assises » (Éditions Alain Jourdan-Poche PIXL) près du philosophe Luc Ferry chez « Carrefour », quel honneur quand même ! (Merci à Mathilde Jourdan pour la photo).

Publicités

Champs-Élysées de la Bourgogne

DSCF4610.JPGLu dans « Terre de France » (Presses de la Cité et France Bleu), que mon terrain de jogging de prédilection (Côte-d’Or et ses 60 km parmi les vignes) s’intitule « Les Champs-Élysées de la Bourgogne« . Coup double : j’adore Paris (et son semi-marathon) et la Bourgogne est la terre de mes ancêtres. Bon dimanche !

Un parrain de cendre de Jean Anglade (Pocket)

 

PGF avril 2015 - Copie (3) copie.jpg« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff sur « Fréquence Terre ».

Et revoici Jean Anglade dans la présente rubrique avec, cette fois-ci, « Un parrain de cendre » et une nouvelle fantastique histoire de terroir. Outre ce genre littéraire, ce que j’apprécie chez cet auteur ce sont les descriptions des gens et des lieux.
Prenons les bergers : « Ces meneurs de troupeaux ont réputation de sagesse. Ils savent lire l’heure au soleil et aux étoiles ; devinent le temps à venir ; comprennent les frémissements de la terre et les confidences des vents ; possèdent des remèdes qui guérissent les animaux et les hommes ; sont quelquefois sourciers. »
514lzx-pqzL__SX303_BO1,204,203,200_.jpgEt, pour décrire de « vrais » jumeaux, cette savoureuse image : « si pareils de la tête aux pieds que chacun, regardant l’autre, avait l’impression de se voir dans une glace. »
Et puis, là-bas, du côté de Meymac, village de vinatiers sur la Vézère, avec son église Saint-André, sa Vierge noire à sabots, son hospice, tout ça à l’ombre du Mont Bessou, du côté, aussi, de Treignac, Lacelle ou Saint-Hilaire-les Courbes, des fermes de la Manigne ou de la Brunerie, « qui n’a pas vu les porcelets alignés et pendus aux tétins de leur mère, couchée sur le flanc, toute grognonnante de bonheur, n’a rien vu ! »
Alors, voici Clément et Thérèse, un couple de fermiers, parents de douze enfants dont, Gastounette, dite « Tounette » qui, devenue gardienne d’une quarantaine de bêtes, leur apprenait additions et conjugaisons !
En d’autres mots, l’histoire d’un étrange destin !

Loi « Pot pourri 2 »

39.jpg54bis.jpg55.jpgTerminé le temps où le SEUL jury populaire délibérait sur la culpabilité (voir mes ouvrages PIXL aux Éditions Jourdan). Aux actuelles assises de Liège, il s’agira du tout premier procès où les juges professionnels assisteront aux deux délibérations (culpabilité et peine). Cette nouvelle loi s’appelle « Pot pourri 2 ». Tout est dit !

La « folie » à la Foire du Livre de Bruxelles 2016

« Le Soir » de ce jour : « C’est la folie à la Foire du Livre de Bruxelles.(…) Les Éditions Alain Jourdan-La Boîte à Pandore – Véronique De Montfort – annoncent une hausse de 35% de vente« . Je confirme ! En moins d’une heure, j’ai dédicacé des dizaines et des dizaines d’ouvrages. À présent, il faut se remettre à la tâche… mais fameusement boosté !DSC01557.JPGDSC01558.JPGDSC01561.JPGDSC01564.JPGDSC01567.JPGDSC01573.JPGDSC01576.JPGDSC01582.JPGDSC01579.JPGFLBX 2.jpg

DSC01535.JPGDSC01538.JPGDSC01539.JPGDSC01544.JPG

DSC01534.JPG

Albert Camus, des psys et des « communicants »

11056964_10206098411402391_210843509_n (2) - Copie copie2.jpg« Quand la nuit porte conseil » : citations, proverbes, paroles de vie, coutumes, légendes, croyances populaires du monde entier… proposés par Pierre Guelff. (Diffusion le samedi 5 mars dès 23 heures puis podcasts)

camus0.jpgAu moins à quatre ou cinq reprises, j’ai lu et relu « L’étranger » d’Albert Camus, tant ce livre me fascine. C’est, peut-être, parce que, comme Meursault, le personnage principal de ce roman, je n’aime pas les dimanches, surtout ceux, interminables, vécus fin des années 60 en Algérie, lorsque j’y étais coopérant-technique pour le gouvernement local.
camus2.pngJ’ai, aussi, eu affaire à la justice, plus particulièrement les assises, mais au contraire de Meursault, condamné à la guillotine pour le crime d’un Algérien, j’étais du bon côté de la barre puisque je suis devenu chroniqueur judiciaire, justement, aux assises.
Pourquoi vous raconter tout ça ? Parce que, souvent, on demande aux gens d’établir une liste de leurs préférences à l’aide du célèbre questionnaire de Proust : quel est votre livre préféré ? Votre peintre favori ? Votre principale qualité ? Et votre défaut ? Jamais, ou rarement, on ne vous demande de justifier vos réponses. Il y a, donc, selon moi, comme une démarche inachevée et frustrante. Le pire, c’est que des psychologues d’entreprises ou du personnel de la communication basent leurs déductions à votre égard sur pareil questionnaire tronqué.

camus1.png

Dans le fond, les propos de Meursault relèvent du même style, mais, lui, il argumente quand même en quelques rares mots du genre : « Je n’en pense rien mais c’est intéressant », « On ne change jamais de vie, car toutes se valent », « La vieillesse ne se guérit pas », et, ce constat qui vous frappe de plein fouet : « Du moment qu’on meurt, comment et quand, cela n’importe pas, c’est évident »

Musique de Michaël Mathy
https://www.facebook.com/michael.mathy?fref=ts

Sources : « France, Belgique, Ardennes Mystérieuses », « Mémoires d’un journaliste révolté »… de Pierre Guelff aux Éditions Jourdan.
http://www.editionsjourdan.com/index.php