Délabrement royal…

LeooooooooooooooPour un républicain invétéré, réaliser un reportage consacré au roi Léopold Ier franc-maçon, eh bien, cela relève du surréalisme à la belge, non ? Et je ne fais aucun commentaire sur l’état de délabrement de son mausolée situé juste en face du palais royal à Laeken…20190607_102139

 

Publicités

Quelle reconnaissance !

Pierre Guelff, « Le gauchisme pacifiste expliqué à mes petits-enfants », éditions LE LIVRE EN PAPIER, 248 pages

Je veux évoquer ici un livre plein de fraîcheur et d’utothumbnail954.5be57042c4105 - Copiepies printanières (certaines ont été réalisées, beaucoup restent à rencontrer). Je veux vous parler de l’essai vivant de l’écrivain et journaliste Pierre Guelff : « Le gauchisme pacifiste expliqué à mes petits-enfants ». Un très beau titre, je trouve ! Car il exprime le souci de la nécessaire transmission de la mémoire aux jeunes générations, à qui il appartient de prendre le relais, pour changer ce monde.

Pierre Guelff est un honnête homme. Il expose son parcours et les sources de son engagement à gauche avec franchise, sans chercher à se dorer la pilule. Il est comme un chêne de la forêt de l’Ardenne, dont il est originaire : une personnalité solide, qui n’a jamais renié ses valeurs, qui certes a évolué avec le temps, mais sans jamais renoncer au fond de son idéal. Sa prise de conscience à lui a démarré dans les années ’60 : solidarité avec le peuple algérien en lutte pour son indépendance, refus de prester son service militaire et de toute forme de violence, rejet de toutes les injustices sociales… Ouvrier d’usine, il est devenu enseignant, avant que le virus de l’écriture ne le prenne,  lorsqu’il participa aux premières années du journal alternatif « POUR ».

L’intérêt de ce livre, rappelant ces « vieux peaux-rouges qui jamais ne marcheront en file indienne » (Achille Chavée) et projeté vers l’avenir, c’est qu’il se construit en trois dimensions. D’abord, il s’attarde sur le concept, qu’est-ce que le « gauchisme », dénomination sujette à de multiples interprétations. Qu’est-ce que le « pacifisme », qui n’est en rien synonyme de résignation ? Cerise sur le gâteau, le tout est narré sans la moindre once de dogmatisme, sans l’autojustification complaisante qui marque souvent les autobiographies. Dans la deuxième partie, Pierre Guelff revient brièvement sur son propre cheminement de « gauchiste pacifiste ». Pour finir, le livre s’enrichit d’une dizaine de témoignages de militants de la gauche radicale, autant de parcours différents qui convergent vers un idéal commun.

Dans ce kaléidoscope littéraire, chacun y fera son propre miel et y trouvera peut-être de l’inspiration pour ses propres combats contre cette société ultralibérale, nous écrasant toujours plus au quotidien (le social, l’environnement, la culture), avec son diktat insupportable de la pensée dite unique.

Ce bel ouvrage nous emmène vers le « je suis parce que nous sommes », à contre-courant des vents dominants. Un ouvrage à lire et relire, à offrir à ses petits-enfants, mais également plus largement à ses enfants, à ses parents, à ses camarades de travail, à ses voisins, et à ses innombrables amis…

Jean Lemaître

Pour acquérir cet essai :
https://www.publier-un-livre.com/…/954-le-gauchisme-expliqu…
ou contacter directement Pierre Guelff :
http://www.pierreguelff.info
pierre.guelff@yahoo.fr

(à la lecture du livre, de la page 206 à 221, vous y découvrirez une petite surprise )

 

Sur les traces de Roger Somville

Montage-somville-pgfRepérages (station de métro Hankar à Bruxelles) pour mon futur « Almanach perpétuel maçonnique et compagnonnique » (Éd. F. Deville) et illustrer quelques citations de Roger Somville (1923-2014) artiste-peintre, auteur, Frère en Franc-Maçonnerie, qui revendiquait un art public « exaltant la vie et le travail des hommes, leurs souffrances,leurs joies, leurs victoires et leurs espoirs« , un art à la portée de tous, « là où passent et vivent les hommes.«