Je suis un auteur heu-reux !

1920429_10203474104761216_475644402_n.jpgDSCF0657.JPGDSCF0650.JPGDSCF0658.JPGDSCF0651.JPGFoire du Livre de Bruxelles, ce dimanche après-midi : des piles de livres vendues, deux titres épuisés (« Ces jeunes devenus criminels », « Les plus grands procès »), de nombreuses dédicaces, des contacts chaleureux,  des encouragements (« Votre livre sur Dutroux m’a marquée ! Merci pour votre témoignage… »), le sourire de l’équipe des Éditions Jourdan et de la Boîte à Pandore, la visite « surprise » de proches et d’amis… : heu-reux !

Publicités

Info et presse de caniveau…

 

medias-le-magazine-4139-5625 copie.jpgEntendu, ce midi, à « MÉDIAS Magazine » sur France 5 : « Quand les politiques étalent leur vie privée et que cela arrange leur popularité, c’est de l’info. Quand cela ne les arrange pas, c’est de la presse people, de caniveau… »

Bref, dans un cas comme dans l’autre, c’est  la faute aux journalistes (air connu).

 

En compagnie d’Amélie Nothomb, Sylvie Testud…

Foire Livre BXL2014 1.JPGDimanche, vers 15 heures, à la Foire du Livre de Bruxelles, je vous fixe rendez-vous au stand 238 des Éditions Jourdan… en même temps (toutes proportions gardées !) qu’Amélie Nothomb (stand 100), Willy Deweert (221), le « pape » du thriller mystique, Palix (247), fabuleux auteur de BD, Sylvie Testud (100), comédienne, auteure, réalisatrice, Pierre Kroll (Forum)…

Foire du Livre de Bruxelles : Nocturne des Auteurs

Foire du Livre BXL 2014 2.JPGEn cette soirée des auteurs, au stand des Éditions Jourdan : beaucoup de monde, belle ambiance, superbe accueil de l’équipe des Éditions, quelques dédicaces, contacts sympathiques avec des lecteurs et lectrices, discussion chaleureuse et professionnelle avec mon éditeur (photo)… Tout pour rendre un auteur content. Durant ce temps,  Emmanuel Schmitt dédicaçait à tout casser, à « CLUB J » il était question de profiling…  

 

 

Sur les pas et dans les pages de Victor Hugo (10)

 

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 Le nom « Vianden », ville située dans un site splendide (la Vallée de l’Our), proviendrait du gaulois « vien » qui signifie « rocheux ».

 

Du château (XIe siècle) aux bords de l’Our et aux remparts, c’est une suite de lieux incontournables : l’église des Trinitaires (XIIIe siècle) avec son remarquable cloître gothique, l’Hôtel de Ville datant du XVIIe siècle, l’église Saint-Nicolas (XIIIe siècle) et, bien sûr, la Maison de Victor Hugo où il résida durant son exil de 1871. L’imposant (et magnifiquement restauré depuis quatre décennies) Château de Vianden, construit dès le XIe siècle, repose sur ce qui fut un refuge carolingien et un petit château romain.

 

Vianden2.JPGAu XIXe siècle, cette splendide construction perdit de sa superbe et tombait en ruine. Lisons Victor Hugo à ce propos :

 

« Aujourd’hui, dans son paysage splendide que viendra visiter un jour toute l’Europe (quel visionnaire !), Vianden se compose de deux choses également consolantes et magnifiques : l’une sinistre ruine, l’autre riante, un peuple. »

 

 Elle devint propriété de la famille grand-ducale avant d’être reprise de manière efficace par l’État luxembourgeois.

 

 Victor Hugo vint à quatre reprises à Vianden : lors de l’un de ses séjours, il fit descendre ses proches à l’hôtel alors que lui s’établissait dans une maison voisine, proche de l’Our et du pont, et c’est là qu’il écrivit en partie « L’Année Terrible ».

 

Vianden3.jpg En voici quelques passages :

 

 « As-tu donc oublié que ton libérateur, c’est le livre ? »

 

 « Lorsqu’un homme est traqué comme une bête fauve, fût-il mon ennemi, si je le peux, je le sauve. »

 

 « Pourquoi tant de combats, de larmes, de regrets, et tant de tristes choses ;

 

Et pourquoi Dieu voulut que je fusse un cyprès, quand vous étiez des roses. »

 

« Je n’ai pas d’ennemis quand ils sont malheureux. »

 

Fait marquant : le 14 juillet 1871, Victor Hugo dirigea les opérations pour combattre un incendie qui ravageait une dizaine de maisons à toit de chaume situées dans la partie basse de la cité. Il organisa une chaîne humaine de porteurs de seaux d’eau puisée dans l’Our jusqu’au sinistre.

 

PGF ET VICTOR HUGO.JPGSi, neuf ans après ce 14 juillet, la « Fête nationale de la France » fut instaurée en souvenir de la Prise de la Bastille le 14 juillet 1789, c’est, aussi, à Vianden que Victor Hugo, séducteur patenté, vécut une relation amoureuse avec Marie Mercier, une jeune fille de 18 ans, compagne de Maurice Garreau, directeur de la Prison Mazas (maison d’arrêt à Paris où Arthur Rimbaud fut détenu sous le motif d’être un espion prussien !) sous la Commune de Paris, fusillé à la fin de la Semaine sanglante.

 

Pour la petite histoire, ce fut à Vianden, le 11 août 1871, que Victor Hugo se serait fait arracher sa première dent…

 

 

 

 

 

Chronique ouverte à Laurent Cabrol (météo sur Europe1)

Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff.

images.jpgJ’ose espérer que Laurent Cabrol, qui anime la séquence météo sur Europe1, lira les propos de Jean-Pascal van Ypersele, climatologue de réputation internationale.

Voici quelques-uns des propos de cet important professeur d’université en climatologie, parus dans « Sciences et Santé » du « Soir » :

–         L’élévation du niveau de la mer (vingt centimètres en cent ans) aggrave mécaniquement les conséquences de n’importe quelle tempête.

–         Le changement climatique est sans équivoque. Nous allons vers un climat de plus en plus différent. Ce que nous voyons n’est qu’un début.

–         À un moment, l’adaptation ne sera plus possible.

–         Beaucoup de décideurs n’ont pas encore pris la mesure de ce que représente le changement climatique. J’ai un peu le sentiment de répéter les mêmes choses depuis vingt ans.

Laurent Cabrol qui évoque sur son site Internet des « prophètes du malheur » et déclare que : « Rien n’est vraiment nouveau sous le soleil… », modifiera-t-il pour autant ses déclarations ? Pouvoir changer d’avis est aussi faire preuve d’une certaine intelligence, dit-on.

Pas le temps de bouder, moi !

 

DSCF0627.JPGDSCF0625.JPG« Nouveau règne : bouderies dans la famille royale » titre « Le Soir ».

 

« Laurent, Astrid, Albert : pourquoi ils boudent » ? Les réponses du journal : « À nouveau roi, nouvelles règles et nouvelles pratiques. Les membres de la famille royale doivent s’adapter. Ce qui génère des frustrations. Tous reculent d’un rang. Dotations rabotées. Etc. Etc. »

 

Moi, quand je travaille, je n’ai pas le temps de bouder.