« Il pleut »…

DSCF1024.JPGDSCF1025.JPGJ’avais pourtant pris mes précautions avec mon coupe-vent « Il pleut » (les initiés reconnaîtront une certaine symbolique…), mais les dieux du jogging, de la marche sportive et des coureurs étaient avec les milliers de participants de l’Urban Tour (bien) organisé à Woluwe-Saint-Pierre : la pluie a cessé durant ma dizaine de kilomètres et le passage sur les « énormes » pavés près de l’église Saint-Lambert fut avalé sans problème par tout le peloton !

Bon dimanche !

 

Mes images avion 2 010 FT.jpg. Rudi Vervoot (ministre-président PS) : «Aucun des habitants de Bruxelles n’a à souffrir du survol exagéré des avions. » (« Le Vif ») 

 

. « Le Soir » : « Survol de Bruxelles : le mensonge de Wathelet – cdH – selon une étude de l’ULB. »

 

 . « La Flandre sort gagnante à 100% », selon Didier Gosuin du FDF (« La Dernière Heure »)

 

. Elio Di Rupo, Premier ministre PS : « Suspension immédiate de l’exécution des instructions de Wathelet » (ensemble de la presse).

 

Le Tablier maçonnique

franc maçonnerie tablier.pngExposition temporaire du 8 mai au 31 octobre 2014 au Musée belge de la Franc-Maçonnerie, 73 rue de Laeken-Bruxelles.

Le Tablier maçonnique. Au Fil du temps et de Fils en Aiguilles.

Le sous-titre de cette manifestation est : « Dépôt et Prêt au Musée belge de la Franc-Maçonnerie », car les pièces exposées viendront de deux sources : un ensemble de tabliers déposés au musée par le Chapitre des Vrais Amis de l’Union et du Progrès Réunis en la Vallée de Bruxelles (Suprême Conseil de Belgique), ainsi qu’une série de pièces prêtées par le Musée de la Franc-Maçonnerie de Paris.
DSCF0888.JPGL’exposition se propose d’aborder les techniques de confection des tabliers brodés jusqu’à aujourd’hui ainsi que l’évolution iconographique.

C’est au temps où Bruxelles…

 

DSCF0881.JPGDSCF0873.JPGDSCF0875.JPGIl n’y a pas que de dangereux avions dans le ciel de Bruxelles et du rififi sexuel dans un collège huppé de la capitale de l’Europe (et un futur scandale au gouvernement fédéral, ce qui fait déjà jouir l’extrême droite ?), il y a l’heureuse initiative à Woluwe-Saint-Pierre qui permet d’observer des faucons pèlerins qui ont élu domicile dans la tour de la mairie. J’ai eu tous mes apaisements : le carillon ne les perturbe pas, même s’il sonne 9 heures à 13 heures et midi à 17 heures…

Prochaines observations devant la Maison communale : les 21 et 28 mai de 16h30 à 18h30… si ces splendides rapaces n’ont pas été faire un petit voyage aller-retour à Leipzig, par exemple.

 

Sauve qui peut de Marc Lerchs (Éditions La Boîte à Pandore)

 

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff sur « Fréquence Terre » dès demain matin.

 

 

l_couvambulance_69550.jpgÉcrit de manière très agréable, « Sauve qui peut » de Marc Lerchs, publié aux Éditions « La Boîte à Pandore », est un ouvrage qui, à la fois, inquiète et fait sourire. Les drames qui y sont décrits en font un livre décapant et particulièrement instructif, merveilleux et terrifiant.

 

Merveilleux par le respect que les citoyens doivent à ces urgentistes-secouristes qui n’hésitent pas à risquer leur vie pour sauver celle des autres, et terrifiant face à la description de situations scandaleuses, voire choquantes : « Personne ne semblait avoir vu le moment précis où le mort était tombé hors de notre ambulance », illustre l’auteur parmi des dizaines d’exemples du même acabit.

 

Des chiffres laissent aussi pantois : « En résumé, 10% de volontaires avaient rejoint le service de secours par véritable altruisme et 90% s’y trouvaient pour des raisons diverses, parfois douteuses, parmi lesquelles la principale était de boire des bières entre copains, vivre une illusion d’adrénaline et d’action virile. »

 

Mais, ce livre « vérité » va aussi au-delà d’exemples à secouer les personnes les plus indifférentes, car il se veut, de manière implicite, un véritable plaidoyer pour une meilleure formation de ce personnel des urgences et son indispensable reconnaissance par la Société, plus particulièrement par ses décideurs politiques.

 

« Sirène hurlante, l’urgentiste fonce, il voit, il sauve. Il travaille les frontières de la vie, de la mort… » explique l’auteur, journaliste et secouriste lui-même depuis son adolescence.

 

Il sait donc de quoi il parle.

 

Chaud, très chaud avec Fadila, Laurette et le… FN !

 

Trois déclarations à épingler ce samedi matin :

 

280px-Ls_svg copie.jpgDans « Le Soir », sous la plume du chroniqueur Alex Vizorek : « Seule Fadila Laanan (PS, ministre de la Culture) a réussi à épingler son épingle du jeu (le 1er mai), puisqu’en voulant twitter un article sur la FGTB (syndicat socialiste), elle en a posté un autre sur la fellation… Bien sûr, elle est en droit de penser que la FGTB la pompe, mais de là à le dire de manière aussi franche, chapeau ! » et « L’Internationale, je frissonne. Beaucoup même, quand elle est chantée par un ouvrier en salopette devant les hauts fourneaux. Moins quand elle est entonnée par Laurette Onkelinx (PS, vice-Première ministre) en tailleur Natan à un meeting du PS ».

Fist.jpgNote personnelle : pour bien faire, l’Internationale se chante le poing gauche levé (à l’instar de Paul Magnette, président du PS).

Troisième déclaration, sur « Europe 1« , à l’adresse du Front National : « À quoi sert-il d’envoyer des députés à Strasbourg quand on est contre l’Europe ? »

Presse02.jpgCQFD ?

 

Les gens lisent plus qu’avant : c’est confusant ! Oups !

 

200px-Logo_Rue89_svg copie.jpgTrès bonne nouvelle sur le plan culturel : « Les gens lisent plus qu’avant », titre « Rue89 » (« Nouvel Observateur »). Trop beau que pour être vrai ? En voici la raison :

 

« La lecture sur l’écran de portable apporte plein d’avantages :

 

  • les femmes et les hommes lisent plus qu’avant ;
  • les semi-analphabètes ont accès à des textes à leur portée ;
  • les parents lisent des histoires à leurs enfants sur leurs écrans.

 

Cette dernière donnée demeure la plus encourageante, puisqu’un tiers des parents interrogés transmettent cet amour de la lecture à leurs marmots selon l’Unesco. »

 

Une question (suite à « Des clics et des claques », un débat diffusé sur « Europe 1 ») : Que devient la langue française, dans tout ça ?

 

Presse02.jpgLa réponse : nouveau français et nouveaux mots. Un exemple ? « C’est confusant » vient du marketing. Il paraît que cela fait plus « expert » et que cela « sonne plus scientifique » que dire « C’est confus ».

 

Un autre exemple ? « Je suis en mode récréation » ou « Je suis en mode déconnexion » pour signifier qu’on se la coule douce.

 

Ma conclusion (provisoire) : oups !