Révolution à la RTBF !

 

« Le Soir » revient sur les derniers chiffres de l’audimat et évoque la « révolution de la RTBF » entamée il y a une dizaine d’années, au temps de Fréquence Wallonie, de Radio 21, de Bruxelles Capitale…

 

Aujourd’hui, le groupe radio de la RTBF est premier en Wallonie et à Bruxelles.

 

 

 

Voici les statistiques :

 

 

 

RTBF (La prnouveau_logo_vivacite_def_(1).jpgemière, VivaCité, Classic 21, Pure FM et Musiq’3) : 33,2% de parts de marché (pour 26,3% en 2006, soit + 6,9%)

 

 

 

Presse09.jpgBel RTL-Radio Contact : 30,5% (- 4,5%)

 

 

 

 

NRJ_header_logo copie.jpgNostalgie – NRJ : 19,2% (+ 2,9%)

 

 

 

Fun Radio : 4,5% (+ 1%)

 

Publicités

Le livre, c’est comme le vinyle…

 

Carrefour Auderghem2.JPGDans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles, « Le Soir » publie une série d’articles sous le titre générique : « Le livre a-t-il un avenir ? »

 

Quelques extraits à ce sujet :

 

« Lire sur papier, lire sur support électronique, qu’importe : pourvu qu’on lise… »

 

« Le livre en tant qu’objet est important. J’aime le tenir en main, tourner les pages. »

 

« Je ne suis pas inquiet pour l’avenir du livre. C’est comme le vinyle : à un moment tout le monde disait qu’il était mort, que le CD l’avait tué. Or, aujourd’hui il revient à la mode. »

 

« Quand un ouvrage m’a marqué en lecture numérique, je préfère l’avoir dans sa version papier pour ma bibliothèque. »

 

Près de 5 000 nouveaux livres seraient publiés quotidiennement dans le monde…

 

La bibliothérapie ou le pouvoir fabuleux de la littérature

 

Très intéressant article dans « Victoire » (supplément du « Soir »)  titré « Lectures sur ordonnance » :

 

 

 Carrefour Auderghem2.JPG« La lecture nous distrait, nous fait voyager, nous nourrit. Mais le livre aurait aussi des effets sur notre santé. Il nous permettrait de lutter contre la dépression, de surmonter nos phobies et d’apprivoiser nos angoisses. »

 

Ainsi, on apprend qu’en Grande-Bretagne, des médecins prescrivent des ouvrages à leurs patients dépressifs, boulimiques, souffrant d’angoisses ou d’insomnie…

 

Trente titres ont été estampillés à cet effet par l’Ordre des médecins britanniques, en collaboration avec des bibliothèques publiques.

 

« Grands et moins grands lecteurs : beaucoup d’entre nous ont expérimenté les vertus de la littérature. Ce pouvoir fabuleux, certains vont jusqu’à l’assimiler à une thérapie : la bibliothérapie ou la faculté d’aller mieux grâce aux livres. »

 

Carrefour.jpegPourquoi ? Comment ?

 

« La lecture est un temps où le lecteur expérimente un autre schéma de pensées tout en gardant la liberté d’y adhérer ou non. Cette expérimentation d’une liberté retrouvée redonne également le sentiment d’autonomie, l’impression de s’élever, de « s’évader » de ses prisons intérieures. », selon le spécialiste Pierre-André Bonnet auteur de « La bibliothérapie en médecine générale » (Éditions Sauramps médical).

 

 

 

Waterloo2.jpgL’occasion, aussi, d’apprendre que 65% des Belges ont lu au moins un livre au cours des douze derniers mois (la moyenne européenne est de 68%, soit 3% de moins qu’en 2007).

 

39% des Belges évoquent le manque de temps comme motif de leur faible consommation de livres.

 

Sur les pas et dans les pages de Victor Hugo (9)

 

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 

 

Et voici encore une chronique dévolue à Victor Hugo et à ses pérégrinations touristiques ou forcées par l’exil, voici un petit florilège de ses propos, quand bien même ceux-ci ne furent pas toujours d’une grande précision géographique:

 

 

 

Verviers8.jpgVerviers

 

 

 

Visiteur attentif et critique de la Belgique, Victor Hugo a visiblement été séduit par la région baignée par la Vesdre et ses environs :

 

 

 

« La Vesdre est une rivière-torrent qui descend de Saint-Cornelis-Munster, entre Aix-la-Chapelle et Düren, à travers Verviers et Chauffontaines, jusqu’à Liège, par la plus ravissante vallée qu’il y ait au monde. Dans cette saison, par un beau jour (le 4 août 1838), avec un ciel bleu, c’est quelquefois un ravin, souvent un jardin, toujours un paradis.

 

Entre Chauffontaines et Verviers la vallée m’apparaissait avec une douceur virgilienne. »

 

 

 

Huy3.jpgHuy

 

 

 

Victor Hugo apprécia beaucoup le site de Huy qu’il appela « Fille de Meuse »,

 

 

 

Falaen2.jpgMontaigle

 

 

 

Ici, un château s’est lentement construit et fit partie d’une véritable ceinture de protection du Comté de Namur contre la Principauté de Liège. Sa construction en hauteur en fit un modèle qui, en principe, ne devait jamais être pris d’assaut. Au XVe siècle, Montaigle devint fonction résidentielle, puis, à nouveau, forteresse sous la férule de Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

 

À présent, dans des ruines merveilleuses, où fleurit bon une légende, on entend encore Victor Hugo s’y exclamer lors de sa visite le 19 août 1863 :

 

 

 

« Pareilles ruines sont admirables et son puits est extraordinaire, je l’ai même entendu rire. »

 

 

 

La légende intéressa aussi l’écrivain, je n’en doute pas :

 

 

 

– Au début du XIIIe siècle, la famille du seigneur de Berlaymont prit possession du site. Un jour qu’il rentrait chez lui, Gilles, le fils du châtelain rencontra Midone, une splendide jeune fille aux longs cheveux blonds. Leurs yeux se croisèrent et ce fut aussitôt le coup de foudre.

 

Midone, était la fille du seigneur de Bioul, mais une haine implacable séparait les deux familles.

 

Aveuglé par la rage à l’annonce du mariage de sa fille avec un Berlaymont, le sire de Bioul proféra de sérieuses menaces.

 

Averti par un moine-chapelain, le seigneur de Berlaymont demanda à son fils de réunir les soldats et de se rendre dans la plaine pour arrêter leurs adversaires. Au moment du départ, Midone supplia Gilles d’épargner son père : « Je vous le promets, sauf si j’y suis forcé », lui répondit-il.

 

Le choc fut impitoyable et, fidèle à sa promesse, Gilles évita de rencontrer son beau-père. Malheureusement, le face-à-face s’approcha et Midone vit le drame se préparer. Elle arriva au champ de bataille pour arrêter le massacre et, à la vue de sa fille, le sire de Bioule n’hésita pas un instant : il la tua d’un coup de massue dans la nuque.

 

Révoltés par ce geste crapuleux, les soldats des deux camps baissèrent leurs armes. C’est alors que Gilles s’avança vers le sire de Bioul et après un rapide duel le décapita d’un coup d’épée vengeur.

 

Quelques temps plus tard, Gilles de Berlaymont quitta le pays et partit pour la Croisade dont il ne revint jamais.

 

Il se dit que, parfois, on entend les pleurs de Midone les ruines…

 

 

 

Audimat : VivaCité progresse !

nouveau_logo_vivacite_def_(1).jpgSelon le centre d’information sur les médias (CIM), VivaCité signe une progression lors de la vague 2013/3 (août-décembre), soit quelque 512 000 auditeurs !

Voici le classement des audiences radio en parts de marché :

1. Radio Contact : 15,6% (+1% par rapport à avril-juin 2013)

2. Bel RTL : 14,7% (-2,1%)

3. VivaCité : 13,9% (+0,3%)

4. Nostalgie : 11,9% (+0,7%)

Ensuite : Classic 21 : 8,4%, NRJ : 7,8%, La Première : 6,5%, Fun Radio : 3,7%, Musiq’3 : 1,6%, Sud Radio : 0,8%, Twizz Radio : 0,4%…

Fameux programme à la Foire du Livre de Bruxelles !

DSCF0569.JPGDSCF0575.JPGDSCF0576.JPGLes quotidiens « La Libre Belgique » et la « DH » ont publié un très intéressant document intitulé, tout simplement, « Programme complet« . On y apprend que cet événement se déroulera du 20 au 24 février 2014 sur le site de Tour&Taxis : 20 000m² d’exposition, plus de 1 300 maisons d’édition, 1 000 auteurs et illustrateurs en rencontres et dédicaces, huit espaces d’animations… Un thème majeur : « L’Histoire avec sa grande hache » (Georges Perec) au sujet de la Guerre 14-18. Autre événement : la littérature du Royaume-Uni à l’honneur. Et puis : des débats consacrés au livre numérique, des rencontres singulières, des expositions, une nocturne « frissonnante » (le vendredi 21 février), un palais gourmand…

Pour ma part, je serai au stand 238 des Éditions Jourdan, le vendredi dès 20 heures et le dimanche à 15 heures 30. Plus de 70 000 personnes sont attendues pour cette 44e édition de l’un des rendez-vous littéraires les plus importants en Europe !