Place aux jeunes !

Après la tension à Bordet, l’accueil des réfugiés ukrainiens au Heysel se passe de mieux en mieux, si j’ose dire. Au soir de la 2e semaine de leur arrivée en Belgique, je suis très heureux de passer le flambeau à des jeunes bénévoles pour me (re)concentrer localement sur les précarisés qu’engendre notre Société et la guerre.

Un mieux ?

L’intérêt pour le sort des réfugiés diminue (déjà un phénomène de « saturation », eh oui !, place au prix de l’essence…), mais, quand même, l’occasion de vous dire qu’au 5e jour au Centre d’accueil Bordet, il y a toujours autant, si pas plus, de gens dans les files mais qu’en fin de journée, la plupart des situations administratives et d’hébergement semblent résolues.

Quelle détresse !

Je n’ai jamais vu autant de détresse dans ma vie… Quelque 500 personnes fuyant la guerre en Ukraine, un maigre bagage à la main, les yeux qui ne peuvent même plus pleurer, d’une extrême reconnaissance pour l’accueil reçu au Centre Bordet où la solidarité fait quand même chaud au cœur… Et demain, après-demain…, d’autres centaines d’êtres humains en perdition.

La Paix se prépare

La Paix, ça se prépare, ça se milite, AVANT les crises ! « Chaque pays a élu son chef le roi des fous Et pour ne pas que les rois s’ennuient On leur a donné des jouets Des petits soldats, des canons et des avions à réaction Et puis de temps en temps il arrive un docteur qui veut soigner les fous On l’appelle Prix Nobel de la Paix On lui met une grosse médaille sur le cœur Qui brille au soleil Pour qu’on voit bien l’endroit où il faut tirer pour le tuer
Les rois des fous du monde entier s’entourent de débiles Ça s’appelle un gouvernement Pour gouverner les cons Mais si les cons du monde entier voulaient s’donner la main On obligerait les fous à ranger leurs jouets Et nous pourrions enfin nous promener en paix » (Roland Magdane, extraits)

Reportage dans ce « berceau dédié au savoir et à la fraternité universelle » qu’est le Mundaneum à Mons, et hommage au Frère Henri La Fontaine, Prix Nobel de la Paix, dans le cadre de mon futur essai (« Belgique maçonnique » Éd. Jourdan). Merci à MP pour les photos.

Convoi de la liberté ou des complotistes ?

https://www.frequenceterre.com/2022/02/10/convoi-de-la-liberte-ou-des-complotistes-

Ma chronique sur Fréquence Terre-RFI :

À l’instar du mouvement baptisé « Convoi de la liberté » qui bloque Ottawa depuis plusieurs jours, un convoi du même type se dirige sur Paris, puis vers Bruxelles, la capitale de l’Europe.

Liberté ? Les journalistes qui font leur métier en interrogeant des participants sur leurs motivations à prendre part à ce ralliement sont souvent maltraités, insultés, voire menacés de violences physiques.

Donc, le principe de la liberté d’information est déjà foulé aux pieds, mais cela ne semble pas gêner ses principaux organisateurs qui, comme le fit remarquer France 5 dans son émission « C à vous » de ce jeudi 10 février, sont connus pour être des manipulateurs par leurs fakes news complotistes diffusées sur les réseaux sociaux, là où la liberté individuelle et l’égoïsme s’érigent en véritables dogmes sociétaux en lieu et place de la solidarité et de la fraternité universelle.

Malgré des incohérences manifestes, ces gens n’admettent pas la moindre réplique. Chez eux, l’irrationnel est normal, l’incompréhensible est normal. Il est impossible de leur faire bouger un atome de réflexion, pas le plus petit doute, et ne parlons pas de leur esprit critique totalement absent chez eux. 

Une question essentielle fut posée à Thomas Huchon, journaliste et co-auteur de l’essai « Anti-Fake News » avec Jean-Bernard Schmidt, journaliste et entrepreneur : « Faut-il donner la parole à ces gens-là ? »

Pour avoir personnellement été aux prises avec des complotistes lors d’un reportage à Paris et, aussi, menacé de représailles dans une vidéo diffusée par des intégristes catholiques, vidéo visionnée par un million de personnes avec des milliers de « like » et son lot de menaces de mort, je reste persuadé, comme Thomas Huchon, que cela peut au moins servir à informer les gens sur cette réalité particulièrement inquiétante pour la démocratie.

Néanmoins, comme lui, j’ai fait mon deuil de croire qu’un dialogue avec ces gens-là était possible : « Plus on débat avec eux, plus ils s’enferment dans leurs croyances. »

N’oublions pas, non plus, comme le rappelle Thomas Huchon, « une fake news n’est pas qu’une information erronée, c’est une information fabriquée pour manipuler et une façon délibérée de mentir. »

Ces complotistes « « n’ont pas de convictions mais des certitudes, fut-il aussi dit par Pierre Lescure, sur le plateau de France 5, et, j’ajoute qu’il est impossible de discuter des faits avérés avec eux, car, aussitôt, ils vous parlent de « vérité alternative », comme si la liberté pouvait être oscillante, et ils vous taxent de « collabos » du pouvoir, des multinationales, de Big Pharma, d’être des suppôts de Bill Gates, bref, il est grand temps que ces derniers nous inventent un vaccin contre la connerie !

À ce propos, laissez-moi vous lire un passage du roman « Pollution » de Tom Connan paru chez Albin Michel, il y a quelques jours : « Les gens ont peur. Ils sont terrorisés de tout, partout. Ils adhèrent à n’importe quoi, sur internet. Maintenant, il y a même des médecins de je ne sais où qui ont l’air de dire que le Covid n’existe pas ! Alors, imaginez l’effet sur les gens d’entendre ça ? Si on peut adhérer à des théories pareilles, on peut croire que la Terre est plate, ou que les Martiens vont débarquer dans votre jardin. Bref, un discours ouvertement négationniste. En attendant, les morts sont bien morts. »