Dans les pas de George Sand, de Vierges baladeuses, d’un loup-garou…

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

DSCF2044 bis.jpgC’est (re)parti ! Sur base de mes écrits – et ajouts – « Belgique, France et Ardennes Mystérieuses » aux Éditions Jourdan, préparation de la 8e saison estivale pour VivaCité (en compagnie de Philippe Delmelle), avec dix émissions sur le thème « Mythes, croyances populaires et légendes » (Pays de Charleroi, Ardennes françaises, Brabant Wallon, Botte du Hainaut…) dans les pas de George Sand et des « Pierres infidèles », de Vierges « baladeuses« , d’un loup-garou…

Publicités

Censure

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

280px-Ls_svg copie.jpgLu sous la plume d’un journaliste du « Soir » : « Si on interdit aux gens de penser ce qu’ils veulent, on rentre dans la dictature. (…) Il faut laisser les gens s’exprimer pour pouvoir leur répondre et démonter leur argumentation. Quand on empêche les gens de parler, on en fait des martyrs. »

Les Dames du Faubourg (3) de Jean Diwo (Folio)

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff sur « Fréquence Terre ».

263656_10472426.jpgDans deux précédentes rubriques, j’ai mis en lumière cet ouvrage exceptionnel de Jean Diwo « Les Dames du Faubourg » (Folio), du moins son premier tome, celui qui raconte ce coin de Paris de Louis XI au 13 juillet 1789, en passant par François Ier, Rabelais, la terrifiante Saint-Barthélemy, Montaigne, Henri IV, Richelieu, la Fronde, Colbert…

Dans les quelque 700 pages, j’ai relevé quelques phrases qui me paraissent dignes d’être méditées :

Celle d’un Compagnon menuisier : « Quand on ne peut rien faire d’autre, il faut coopérer avec l’inévitable. »

Une abbesse déclara : « Mieux vaut être oublié des grands qui ne sont que des petits. »

Un Maître artisan : « Il faut savoir vieillir en jeunesse. »

Celle d’Anne, épouse d’un Maître-ébéniste, et qui fut peinte par le Tintoret : « Le potage de la vie n’est pas grand-chose si on ne peut y mêler les épices du savoir. »

De Marguerite, patronne d’un atelier du Faubourg Saint-Antoine : « L’ironie est souvent la force des faibles. »

D’un ancien collaborateur de Necker, le ministre aux idées libérales qui faisaient peur à la cour, mais qui n’avait jamais parlé de sa vie à un ouvrier : « Si seulement ceux qui gouvernent avaient la curiosité d’aller voir le peuple là où il vit, là où il travaille, que de sottises seraient évitées ! »

Et, pour terminer, un dicton populaire : « Lorsque les riches commencent à avoir faim, les pauvres sont déjà morts. »

Mon « Kroll »

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Remarquable supplément dans « Le Soir » avec 16 pages de caricatures de Pierre Kroll « 2014 ». Au temps des débats télévisés lors du procès Dutroux, j’avais aussi eu droit à une caricature de Pierre Kroll, mais à la RTBF-TV lors dDSCF2001.JPGe « Mise au point », sous le titre de « L’apéro du dimanche ». Me voici, à gaucheRTBF Procès Dutroux 2004 4.JPG, en compagnie de René Haquin (« Le Soir »), Roland Planchar (« La Libre Belgique » et l’avocat Pierre Chomé. Il aurait fallu parler de « Mise au… poing » (à lire très bientôt dans mon ouvrage « Mémoires… » aux Éditions Jourdan).

François Pirette et les Taloches (« humoristes ») et Marc Levy

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Commentant la fin de l’émission télévisée « 50 degrés Nord » (25 000 ARTE.pngimagesSVLI821D.jpgtéléspectateurs par émission sur Arte Belgique et La Une-RTBF, selon « Le Soir »), Patrick Paulo, producteur de ce magazine culturel refuse les termes « émission élitiste » et déclare : « Parmi les 1 300 sujets traités par an, tous n’étaient pas faciles d’accès, mais Pirette, les Taloches (*) et Marc Levy (**) sont aussi passés chez nous. »

Comparaison n’est pas raison, dit-on… 

(*) « humoristes » belges

(**) célèbre romancier français traduit en 40 langues dans plus de 30 pays, ayant vendu quelque 30 millions de livres !

Le confesseur laïque (France 5)

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

logo_france5.pngTrès bel hommage à Jacques Chancel, le maître des intervieweurs, dont voici quelques propos :

« Le rêve est une création. »

« J’ai toujours considéré que j’étais une courroie de transmission. »

« Tout le monde me parlait de Dieu. Même les agnostiques. J’ai toujours aimé parler de spiritualité. »

« L’impertinence est dans la courtoisie. »

« Quand on parle des autres, on parle de soi. »

« Il faut transformer le malheur en bonheur. »

Symbolique et libre pensée

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

logo_france5.pngÀ la veille de Noël, j’ai entendu ces deux propos particulièrement « clairvoyants » à « C dans l’air », la remarquable émission de débats de France 5 : « La libre pensée n’empêche pas la pensée libre. » et « Empêcher la Symbolique c’est lobotomiser la Mémoire dans laquelle se trouve la Tradition. »